Phare de Pointe-Plate

Phare de Pointe-Plate

TDLM
(Le modèle est à l'échelle 1/1000. SketchUp ne permet pas de corriger cette echelle). Ce phare de premier ordre, dit « de grand atterrissage » a une portée maximale de 60Km grâce à son plan focal situé à 46,8 mètres au dessus du niveau de la mer. Cependant il est actuellement exploité comme phare de troisième ordre en temps que « phare d'atterrissage secondaire » avec un éclat de lumière toutes les quatre secondes, blanche (12milles de portée) ou rouge (9milles de portée) selon la direction. Au XIXéme siècle, de nombreux naufrages britanniques ainsi qu'une forte pression du gouvernement de la reine Victoria d’Angleterre (frôlant l’incident diplomatique), incita la France a aménager une signalisation maritime à Saint-Pierre et Miquelon. Allumés pour la première fois le 15 Juillet 1883, les deux phares, de Pointe-Plate au Sud et Cap-Blanc au Nord, furent les premiers ouvrages mis en oeuvre. Celui de Pointe-Plate initialement métallique, fut restauré par un chemisage de béton armé sur la structure principale en 1928 puis sur ses jambes de force en 1950 afin de le protéger de la corrosion. Il fut automatisé en 1968 et devient autonome grâce à une éolienne « aérogénérateur » en 1986. #46492044Nord #5624885Ouest
Default Title